» Quitter


Contenu de la motion 3

Contre le déclin et la précarité de l'emploi au CNRS

Bien que non inscrite explicitement dans le Pacte pour la Recherche, la politique de précarisation de l’emploi scientifique au détriment de l’emploi statutaire est d’ores et déjà mise en place au CNRS. En effet sur les 3000 postes budgétaires de recherche créés pour 2006 (dont 1000 pour les EPST), seuls 156 sont des postes statutaires de personnels CNRS (21 chercheurs + 135 ITA). En revanche, le nombre de postes précaires est en augmentation: 290 post-doctorants, 93 CDD haut niveau. La section 05 dénonce le décalage entre l’effort annoncé pour l’emploi des jeunes scientifiques d'une part, et les perspectives d’embauche et d’avenir du CNRS d'autre part. Elle considère que le recrutement sur des postes statutaires est le seul moyen d'améliorer la situation des jeunes doctorants et post-doctorants et qu’il doit être accompagné d’une revalorisation notable des carrières scientifiques.
Plus spécifiquement, le département SPM voit sa dotation en postes chercheurs baisser de 18% (-12 postes), celle des ITA étant stable ( +1 poste). Pour la section 05, ceci entraîne une baisse des postes ouverts au concours : au niveau CR1, un seul poste fléché (pour 2 postes CR1 banalisés en 2005). La section 05 s'émeut de ce chiffre en recul, compte tenu du nombre de candidatures CR1 de très grande qualité enregistrées lors de la campagne 2005. Il n'est pas souhaitable, ni pour l'organisme, ni pour les candidats, de recruter ces chercheurs de haut niveau à l'échelon CR2. La section 05 demande donc qu’au moins un poste de CR1 banalisé soit mis au concours en 2006.

Cette motion a été votée par la section 05 le 17 novembre 2005
19 pour
0 contre
2 abstention(s)